La SARL : qu’est-ce que c’est ?

La SARL (société à responsabilité limitée) désigne une entreprise commerciale dans laquelle la charge financière des associés est déterminée par leurs contributions. À cet effet, il convient de noter qu’elle est la forme la plus simple de société. De ce fait, la création d’une SARL nécessite d’allier un ou plusieurs associés ayant un capital défini par les sociétés. À cela s’ajoutent le siège social et la rédaction des statuts de l’entreprise. Découvrez ici l’essentiel à connaître sur les SARL.

Plus de détails sur la SARL                                            

D’entrée, il est à noter que la Société à Responsabilité limitée est sans doute la forme juridique la plus rependue. De ce fait, grâce à ce régime, plusieurs personnes, qu’elles soient morales ou physiques, peuvent s’associer afin de construire une entreprise. En fonction des besoins en capitaux, de la taille ou des activités de la société, le coût du capital social est déterminé.

Comme mentionné plus haut, les parts sociales sont reparties entre les associés selon les apports de chacun. Cela voudra dire que chaque associé est responsable à hauteur de ses apports au sein des sociétés. Cependant, cette charge peut considérablement augmenter si un associé venait à perpétrer des erreurs de gestion de manière individuelle.

En dehors de cet aspect, notons que la gestion des SARL est assurée par des personnes que l’on surnomme gérant. Dans ce sens, le gérant peut être une personne tierce ou encore un associé de ladite entreprise. Quoi qu’il en soit, ce dernier (le gérant) devra stimuler sa charge civile et pénale.

Dès lors, toutes les décisions liées à la gestion courante de l’entreprise incombent au gérant. Néanmoins, ce dernier n’est pas habilité à toucher la structure de la société. Cela est plutôt réservé à une assemblée générale extraordinaire regroupant divers partenaires et même le gérant. Pareillement, le nombre de parts des associés détermine leur droit de vote avec ce type de statut.

Les avantages d’une SARL

L’un des avantages les plus attirants d’une société à responsabilité limitée est que sa création ne nécessite pas d’importants capitaux. Concrètement, pour construire une SARL, il revient aux partenaires de décider librement de la somme des capitaux utiles à leurs projets. De même, le bien personnel des partenaires est protégé avec le statut de société à responsabilité limitée. Dès lors, il n’est pas nécessaire de désigner un commissaire aux comptes dans ce régime.

Cependant, cela s’impose si quelques formalités sont remplies par l’entreprise. Elle est obligatoire si la société comptabilise plus d’un-million-cinquante-cinq euros ou un chiffre d’affaires hors taxe excédant les trois millions d’euros. C’est aussi pareil si la société possède plus de cinquante employés. Par ailleurs, la facilité à transmettre les SARL fait partie des avantages non négligeables.

Contrairement à d’autres statuts juridiques, la société à responsabilité limitée se transmet facilement entre partenaires, descendants, conjoints ou ascendants grâce à une attribution des parts sociales. Pas besoin de longues formalités contraignantes. Tel est également les cas avec les EURL.

Le régime fiscal

Les gains d’une SARL sont assujettis à l’impôt sur les sociétés. Néanmoins, une SARL avec une durée de vie inférieure à cinq ans, de moins de cinquante travailleurs, peut ne pas adopter ce régime. C’est aussi possible si le chiffre d’affaires est en dessous de dix millions d’euros, que ce soit une EURL ou une SARL. Dans ce sens, l’impôt est déterminé en fonction des réelles responsabilités de la société.